Acces Membres
E-mail :
Mot de passe :

A la Petite-Pierre.

Une cave constituée depuis 4 générations.
On connaît la Petite-Pierre, au cœur du parc régional des Vosges pour la qualité de son site naturel, ses forêts, son tout nouveau musée consacré au parc régional, le tout formant un ensemble d'une richesse séduisante. Les hôtels restaurants qui sont installés depuis plusieurs dizaines d'années sur le site rivalisent de confort. Mais sait-on aussi que l'un d'entre eux cultive depuis plusieurs générations une richesse sans rapport avec le patrimoine des Vosges du Nord ? A l'hôtel restaurant des Vosges, la carte des vins est un trésor rempli de surprises.
Le maître des lieux, c'est Jean Wehrung, 57 ans. "Je n'ai jamais écouté les chants des sirènes des experts-comptables, pour qui une belle cave est un stock à convertir en monnaies sonnantes et trébuchantes. Tous les restaurants dignes de ce nom devraient faire de même", lance-t-il avec conviction. Sur sa carte, près de 400 vins parmi lesquels des grands classiques en Alsace, Trimbach, Faller, Adam, Hugel, Zeyssolf, Becker, etc. avec des riesling de 85, 76, 83, des gewurztraminer de 82, 75, 71 (cuvée Anne Schlumberger), ou des gewurztraminer SGN 76 (maison Hugel). Le tout, à des prix très abordables…
Jean Wehrung est un autodidacte, contrairement à son fils Eric (31 ans), en passe de devenir le 4ème représentant de la famille à régner sur place. Si le dernier des Wehrung (pour l'instant) possède son diplôme de l'Ecole hôtelière assorti d'une solide formation à l'étranger Jean se souvient de l'école familiale. Avec comme mentor, sa mère, qui s'est toujours occupée de la carte des vins - entre autres - et recevait les représentants. L'attachement à la famille, à la maison, perce dans les paroles de Jean Wehrung. Et c'est sans doute cet amour pour les lieux et les personnes qui donne aussi tant de corps à cette carte des vins éblouissante. On y sent les trois générations de Wehrung qui ont chacun acheté, goûté, avec leur cœur et leur instinct. "Je n'ai pas de règle pour choisir des vins. Je rencontre un client, un collègue qui me décrit un vin. Je suis à l'affût des idées de chacun". D'une indépendance d'esprit rapidement perceptible et souvent fermement affirmée, Jean Wehrung déteste qu'on lui force la main. "Si quelqu'un vient et propose des vins, j'en suis content et prêt à déguster et j'achète si j'aime vraiment et seulement pour cela". Cela n'empêche pas une grande fidélité... à la maison Becker, par exemple, présente sur la carte depuis 1924 date de l'ouverture du restaurant !
L'hôtelier restaurateur illustre son goût de l'indépendance par une anecdote, relatée non sans fierté : il a préféré abandonner son étoile au guide Michelin afin de pouvoir conserver le décor et le style qui lui plaisaient pour son établissement. "Et aujourd'hui, je ne m'en porte pas plus mal", conclue-t-il en riant.
La clientèle de l'hôtel restaurant des Vosges qui franchit le seuil du restaurant est souvent amenée par la bouche à oreille. "Certaines personnes viennent spécialement pour un vin et nous rendent visite aussi longtemps que le vin est sur la carte. Généralement, notre clientèle préfère les Alsace aux autres vins blancs". Et cela tombe bien puisque Jean, qui joue le rôle du sommelier, veut en priorité faire découvrir les vins régionaux. "C'est très dur de motiver les gens pour un Pouilly-Fumé, par exemple. Je fais constamment de la place pour des Alsace moins connus, au détriment d'autres régions ; j'essaye de découvrir actuellement les vins du Bas-Rhin qui n'ont pas la reconnaissance qu'ils méritent". Pourtant, cela n'empêche pas le maître de maison d'être un inconditionnel des vins blancs du Jura. Et de posséder dans la cave du restaurant et sa cave personnelle quelques pures merveilles dans d'autres genres, telles que des Haut-Brion 42, 61 et 62, un Pichon-Longueville 59, un Gevrey-Chambertin 55, un Corton 49, un Yquem 75 ou encore un Clos-Vougeot 29 ou un bordeaux blanc de 1905.
Une cave suffisamment réputée pour que telle maison fort connue en Alsace a sollicité Jean Wehrung pour qu'il revende des VT 1959, en riesling et gewurztraminer. Une offre à laquelle l'hôtelier n'a pas donné suite, préférant la promesse d'une dégustation savoureuse, entre amis ou avec ses proches.
A l'hôtel des Vosges, la famille Wehrung cultive comme une vertu première un sens de l'accueil et de la chaleur. DEs caractéristiques soutenues, il est vrai, par cette cave splendide. Sans oublier une cuisine qui, parfois, atteint des sommets.


News
Extraits de notre magazine "Vigneron d'Alsace(s)"

Les crémants d'Alsace
la suite

Dossier Millésimes
la suite
Vignerons indépendants
de France


Site partenaire

Création du site Internet : SOLUXA

Haut de page
Facebook Widget