Acces Membres
E-mail :
Mot de passe :

Derrière les étiquettes, des initiatives et des idées

Le vin n'est pas uniquement une boisson alcoolisée contenue dans une bouteille. Porteur d'usages, de traditions, de mémoire, le vin se prête à l'échange, à la parole, à la confrontation de points de vues. Dans le monde moderne, celui des claviers et des écrans, ces rencontres sont nécessaires et le monde du vin en offre de nombreuses et d'heureuses occurrences.

En élaborant leur vin, les vignerons construisent une culture locale du vin, que l'on aime, en France, encadrer par une législation. Au-delà de ces règles, les hommes et les femmes du vin aiment aussi prendre des initiatives, imaginer du neuf, voire diffuser un message, exprimer des opinions des goûts ou des passions.

Trovium : griffé Guillaume Mochel2006_12_27_mochel.jpg


Un vin blanc élevé en barriques, proposé à 16,15 euros. C’est le choix de Guillaume Mochel, 28 ans, vigneron à Traenheim que ses expériences dans divers vignobles du monde ont familiarisé avec l’apport du chêne.

Appelée « Trovium » (le nom latin de Traenheim), cette cuvée lancée en 2001 a éveillé de suite l’attention d’une clientèle d’amateurs de vins d’exception. Le secret de cette cuvée : les jus des cépages pinot gris et pinot blanc sont assemblés à parts égales. Le moût fermente dans la barrique. Le vin repose sur lies ce qui lui donne davantage de matière. Il n’est jamais soutiré. Une fermentation malolactique lui procure un peu plus de rondeur et des arômes lactés/beurrés, de pain grillé.


La robe est brillante et d’or. Le nez est puissant et frais. Il laisse deviner aussi des arômes fruités et épicés. Le boisé est fin. La finale reste fraîche. Ce vin rappelle les grands bourgognes blancs.
Le domaine travaille 5 hectares du grand cru Altenberg de Bergbieten. Après les rieslings et muscats, la cuvée Trovium participe désormais à la réputation de la maison

Rémy Gresser : contre étiquette2006 12 27 gresser_1.jpg

La contre étiquette est devenue une arme des vignerons. « Elle permet aux consommateurs de comprendre de suite ce qu’il y a dans la bouteille », explique Rémy Gresser, à la tête d’un domaine de 11 ha à Andlau. Pour son riesling Alsace grand cru Moenchberg, sous le nom du domaine, sont indiqués non seulement le degré alcoométrique, l’appellation, le millésime et le lieu-dit, mais également la méthode de culture. Le domaine protège son vignoble contre les maladies et les insectes en privilégiant les moyens biologiques. Et le raisin pousse sur un terroir calcaire riche en fossiles.

Comme une cinquantaine de maisons alsaciennes, Rémy Gresser situe la sucrosité de la bouteille sur une échelle graduée de 1 pour le sec, à 10 pour le liquoreux. Le pictogramme a été proposé par le Conseil interprofessionnel, le CIVA. Ce riesling Moenchberg est classé 3.

La contre étiquette propose des accords mets et vins : crustacés, poissons crus, poissons cuisinés à la crème, fromage de chèvre.

L’expression aromatique est fine, l’on perçoit un tempérament minéral, aux arômes d’iode. Pour le vigneron, « le plaisir doit être spontané ».

Denis Ritzenthaler

Etienne Simonis : cépages à contre-emploi2006_12_27_simonis.jpg

Etienne Simonis convient que ses cuvées « insolites » ne répondent pas aux critères de la typicité Alsace. « Mais il faut exprimer sa personnalité ! Quel intérêt si tout le monde fait les mêmes vins ? ».

Le jeune vigneron d’Ammerschwihr a signé sa première vinification il y a dix ans. Deux ans plus tard, il imagine de « tirer le meilleur » du sylvaner. Avec le projet d’amener ce cépage, jugé « petit » et « peu expressif », à la surmaturation, en faibles rendements. Résultat : un étonnant « Caprice de sylvaner » aux arômes citronnés, avec beaucoup d’acidité et une finale suave. Quant à « Quintessence de sylvaner » de 2005, elle est clairement liquoreuse, dans le style d’une sélection de grains nobles.

Partisan d’une viticulture douce qui accompagne la vigne et le moût plutôt qu’elle ne les contraint, Etienne Simonis signe un autre vin en contre-emploi : la cuvée « Lune rousse ». Ce blanc de noirs (un vin blanc issu de raisins noirs) est un pinot noir de surmaturation, botrytisé et non macéré. Sa couleur est de miel aux reflets orangés, ses saveurs sont celles de la cerise et la mirabelle macérées et la mâche rappelle la texture du fruit. Quant au nom de la cuvée, c’est une trouvaille digne d’un vigneron attentif aux cycles des astres…

J.-M. L.

Sylvie Spielmann : la mémoire des sorcières2006_12_27_spielmann.jpg

Une quarantaine de femmes ont été poursuivies pour faits de sorcellerie à Bergheim entre 1584 et 1683. Le thème, littéraire et pictural en diable, fait l’objet de l’exposition permanente de la « Maison des sorcières » ouverte en 1997 ; elle a inspiré le scénariste Roger Seiter et le dessinateur Vincent Wagner, auteurs d’un album de bande dessinée « La Sorcière de Bergheim ».

Vigneronne établie au pied du grand cru Altenberg, Sylvie Spielmann a saisi l’occasion de la parution de la bande dessinée pour rappeler les liens qui unissent l’histoire de Bergheim à son terroir, à la gastronomie et à ses vins.

Elle a demandé aux auteurs de « La Sorcière » de réaliser six étiquettes à partir de dessins extraits de l’album. Se retrouver autour d’un vin, c’est communiquer, échanger, partager des points de vue, apprendre la tolérance, explique la viticultrice. Le lot « collector », vendu avec la BD, réunit six bouteilles représentatives de la production de Sylvie, depuis le sylvaner de 2003 jusqu’au gewurztraminer vendanges tardives grand cru Kanzlerberg de la même année. « La tolérance, c’est le message que je veux diffuser avec les vins de la Sorcière de Bergheim. »

 

L'Alsace du 27/12/2006

News
Extraits de notre magazine "Vigneron d'Alsace(s)"

Les crémants d'Alsace
la suite

Dossier Millésimes
la suite
Vignerons indépendants
de France


Site partenaire

Création du site Internet : SOLUXA

Haut de page
Facebook Widget