Acces Membres
E-mail :
Mot de passe :

Terroir du Rittersberg.

L’inspiration gagne du terrain.

Dans la tour du château de l’Ortenberg, nichent des faucons. Grâce aux efforts de passionnés, ces oiseaux qui évoquent les siècles passés plânent à nouveau au-dessus des pentes arides qui délimitent l’entrée, versant nord, du Val de Villé.
Rocs vertigineux, élancement d’une tour dans le ciel, le site est incomparable et renvoie aux rêves d’enfant. On est un seigneur, une comtesse, ou un hobereau défiant le maître. Dans l’entrelac de murailles ceinturant la tour de l’Ortenberg, l’imagination atteint les sommets ; pour en profiter, rien de tel qu’une rêverie sur les murs ruinés, côté plaine. Le mieux est de laisser l’esprit se muer en faucon, pour survoler les forêts de pins parasols et de châtaignier, puis les vignes du Rittersberg.

Des cailloux et des roches affleurent, des vignes s’étendent jusqu’à la plaine. Les seigneurs du burg d’au-dessus s’en sont réjouis, voici des siècles. Les familles des villages d’en bas les travaillent dans la sueur et l’effort. Finis les manants, les vignerons sont là. Ils sortent de l’or de cette pente qui devient vite aride, si peu arrosée et embrumée. Mais qui impriment une empreinte aux vins qui en sont issus.

« Le Rittersberg est un terroir précoce sauf lors des années sèches, où le stress hydrique menace. En 96 par exemple, nous avons labouré à de très nombreuses reprises pour aider les vignes et la vendange a été retardée au maximum pour récupérer les acidités puissantes qui caractérisent ce terroir », décrit Jean-Paul Schmitt, qui possède toutes ses vignes sur ce coteau. « L’acidité qui caractérise le Rittersberg ne se limite pas à des questions de taux d’acide tartrique. On trouve le même niveau dans un riesling et un tokay pinot gris de ce terroir et l’apparence gustative est pourtant totalement différente… » Avec d’autres praticiens de Scherwiller, le village le plus proche ou du voisinage, comme Cécile Bernhardt-Reibel, le vigneron se plonge dans son terroir pour y planter ses propres racines. Mais pas à l’aveuglette, chacun mettant en œuvre les moyens d’étude modernes pour percer quelques-uns des mystères du Rittersberg

Les racines des vignerons.
Sur un terroir aussi typé que le Rittersberg, la prise de risques est constante, corollaire naturel de la passion qu’engendre ces terroirs dans lesquels les vignerons plongent, à leur manière, des racines humaines. A côtoyer leurs vignes de très près, ils en reçoivent des messages explicites qui passent par la dégustation. Pas question, par exemple, de laisser des rendements se développer. C’est une logique, un élément naturel dont les vignerons ne parlent presque plus tant cette démarche s’impose d’elle-même. Il suffit de regarder les rares grappes de très petits grains qui poussent sur une très vieille parcelle de tokay pinot gris sur le Rittersberg pour savoir par avance qu’ici, le rendement ne dépassera pas la trentaine d’hl par ha. « Pour une part, ce sont mes propres racines qui plongent en profondeur dans le Rittersberg. Ce sont souvent des intuitions qui me guident », commente Jean-Paul Schmitt.

« Ce qui détermine un terroir, c’est un sol spécifique, un micro climat particulier et des façons de travailler », décrit Cécile Bernhardt-Reibel. Par exemple, on ne conçoit plus guère de vins destinés à exprimer un terroir sans conduite en lutte raisonnée, voire en bio. « C’est à la terre d’exprimer ses caractéristiques », soutient Jean-Paul Schmidt. Pas question en revanche d’ensemencer ces vins par l’apport de levures lors de la vinification. « Le résultat, c’est un vin dans lequel les caractéristiques variétales s’estompent par rapport au style du terroir. Il y a une silhouette qui ne trompe pas et que l’on retrouve dans les vins de chaque vigneron ».

De son point de vue, le faucon évoluant au dessus du Rittersberg ne peut que constater les efforts des vignerons sur les pentes en contrebas du château fort. Même au ras du sol, le Rittersberg fait partie de ces rares endroits qui élèvent l’âme et l’Homme. Depuis qu’ils se passionnent pour ce site, des vignerons multiplient les initiatives, les prises de risques. L’inspiration gagne du terrain sur le Rittersberg. Et c’est tant mieux.

News
Extraits de notre magazine "Vigneron d'Alsace(s)"

Les crémants d'Alsace
la suite

Dossier Millésimes
la suite
Vignerons indépendants
de France


Site partenaire

Création du site Internet : SOLUXA

Haut de page
Facebook Widget