Acces Membres
E-mail :
Mot de passe :

Des Alsace pour changer des Alsace

Vigneron d'Alsace(s) le nouveau magazine édité par les vignerons indépendants d'Alsace... Cette rubrique reprend les derniers dossiers abordés dans Vigneron d'Alsace(s), vous y trouverez également la liste des vignerons indépendants cités dans le magazine.

Vigneron d’Alsace(s) a déjà consacré des dossiers sur différents cépages : Muscat, Riesling, Pinot Noir et Blanc, Auxerrois. À cette occasion, nous avons mis en lumière l’une des caractéristiques majeures de notre vignoble, la variété quasi infinie des styles et des cuvées que l’on peut déguster chez les vignerons indépendants. Voici un autre éclairage où l’on découvre des cuvées hors normes. Plongée dans les recoins des caves.

03_04_10_HAUT_KOENIGSBOURG_001_copie.jpgPourquoi est-ce indispensable de se rendre dès que possible dans la cave d’un vigneron indépendant ? Parce que cette visite donne la possibilité de nouer une relation humaine sincère, directe. Une sorte de fraternité qui se crée autour d’une passion ­ou d’un simple intérêt­ commun, les vins d’Alsace. D’ailleurs, sans cette relation privilégiée, l’on passe à coup sûr à côté des trésors auxquels les vignerons ne donnent pas si facilement accès : leurs cuvées originales.
Chez Yves Amberg, à Epfig, on déguste logiquement des cépages traditionnels, soigneusement vinifiés dans le cadre des AOC en vigueur en Alsace. Mais en fin de parcours de dégustation, le vigneron acceptera peut-être de vous faire part d’une rareté à couper le souffle, un Gewurztraminer et un Pinot Gris issus de raisins congelés. Des vins de glace. Le vigneron d’Epfig n’est certes pas le seul en Alsace à en avoir élaboré (Seppi Landmann, à Soultzmatt, en est même un spécialiste). Mais ces cuvées ébouriffantes sont plus rares dans ce coin du vignoble et la dégustation atteint des sommets. Des trouvailles comme celle-ci, on peut en faire en de nombreuses circonstances. Impossible de citer tous les vignerons indépendants qui ont suivi leur intuition pour mettre en bouteilles des vins tout à fait hors normes. Chez Patrick Meyer, à Nothalten, il ne faut pas manquer les expériences menées par le vigneron sur les Sylvaner, par exemple. Ce cépage offre d’ailleurs de beaux champs d’inventivité, d’ailleurs : Etienne Simonis (Ammerschwihr) a suivi les traces d’Etienne Loew (Westhoffen) pour donner au Sylvaner des lettres de noblesse un peu à contre-emploi. Quintessence et Caprices de Sylvaner, Vérité de Sylvaner, sans oublier des cuvées Hors la loi (Sylvaner de Grand Cru, ce cépage n’y étant pas autorisé hors le Zotzenberg de Mittelbergheim), il faut faire preuve d’audace pour travailler ce cépage et le mener à un tel niveau de perfection. Les cavistes ne s’y trompent pas : afin d’étonner leur clientèle et de les emmener, à l’occasion, hors des sentiers battus, ils sont nombreux à proposer quelques flacons originaux. Philippe Schlick, de la boutique du sommelier (Weitbruch, 67), résume ainsi son intérêt pour ces cuvées : « Ce sont des Alsace qui change de l¹Alsace », résume-t-il.

« Des vins qui nous ressemblent »
Une Appellation d’Origine Contrôlée représente un patrimoine collectif. Elle doit représenter l’émanation commune des acteurs d’un vignoble, dans toutes ses composantes. Notre rôle n’est pas de gloser sur les AOC alsaciennes (AOC Alsace, Alsace Grand Cru et Crémant d’Alsace) mais de situer l’action des vignerons indépendants dans ce contexte.
Le Syndicat des vignerons indépendants d’Alsace (Synvira) ne manque pas une occasion de redire son attachement à la liberté d’action et de création de ses adhérents. Bien sûr, il existe des règles intangibles, comme celles qui concernent les cépages autorisés, les délimitations, les principes de conduite de la vigne, etc. Celles-ci représentent un cadre qui est d’ailleurs respecté pas tous. Là où le bât blesse parfois, c’est en matière de typicité des vins. Cette notion même fait débat. Pour certains vignerons travaillant en biodynamie, comment parler de typicité de vins élaborés à partir de raisins issus de vignes grandissant dans des terres nourries d’engrais chimiques, désherbés, etc. Sans parler des levures et traitement de « l’armoire à pharmacie » oenologique, qui uniformisent le goût des vins.
D’autres vignerons font observer qu’une typicité unique du nord au sud du vignoble n’est pas crédible. Pourquoi un Pinot Gris de Cleebourg devrait-il ressembler trait pour trait à un autre issu du Bollenberg? Un Riesling de la Vallée de Munster doit-il être la copie conforme d’un Riesling d’Eguisheim? Prétendre à une unité de style est de nature à gommer des réalités de terroir, de style, de micro climats, etc. représente le risque d’empêcher les vignerons indépendants ­et d’autres acteurs du vignoble­ d’exprimer leur créativité.
Reste le cas des cuvées originales, dont nous parlons sur ces pages. Certes, le Pinot Blanc d’Alsace se caractérise par sa fraîcheur, son fruité, sa vivacité. Le passer en barrique neuve et lui faire effectuer une fermentation malolactique ne rentre pas dans cet esprit. Même constat pour les Pinot Gris. Quant aux Pinot Noir vinifiés à la manière de grands rouges bourguignons ou rhodaniens, sont-ils dans « l’esprit » de l¹AOC Alsace, qui les voit moins puissants, moins tanniques, moins colorés, etc.?
Pour les vignerons indépendants, la question ne se pose pas : « Ces cuvées sont confidentielles en volume, mais elles nous ressemblent et permettent d’exprimer ce que nous sommes et qui nous sommes, par le biais d’une créativité qui cherche à tirer le meilleur de nos terroirs et de nos raisins », explique Lucas Rieffel (Mittelbergheim). Il est vrai que le volume global de toutes ces originalités n’atteint pas 1 % des ventes globales de vins d¹Alsace. Pas de quoi fouetter un chat ni déstabiliser l’image globale du vignoble. Mais il demeure vrai que, pour beaucoup de consommateurs, un Sylvaner « barrique » et oxydé à la manière des vins du Jura, c’est déroutant. Laissons donc la possibilité aux vignerons indépendants de créer lorsqu’ils en ont la possibilité, d’autant qu’on trouvera aussi chez eux des cuvées d’autant plus soignées qu’ils savent exploiter les mille et une possibilités offertes par ces fruits étonnants, les raisins.

Chez les plus connus aussi
Les domaines alsaciens réputés ne font pas exception à la règle de la créativité, bien au contraire! Ce sont souvent les vignerons indépendants les plus renommés et les plus médiatiques qui osent le plus d¹originalités. Quitte parfois à se faire taper sur les doigts par les garants de l’institution, comme si des cuvées de quelques centaines de bouteilles pouvaient mettre en péril tout l’édifice. Sans entreprendre de citer les noms des domaines les plus en vue, on ne peut que souligner qu¹on y trouve à chaque fois des preuves de la créativité vigneronne.

News
Extraits de notre magazine "Vigneron d'Alsace(s)"

Les crémants d'Alsace
la suite

Dossier Millésimes
la suite
Vignerons indépendants
de France


Site partenaire

Création du site Internet : SOLUXA

Haut de page
Facebook Widget