Acces Membres
E-mail :
Mot de passe :

Le Muscat : en savoir plus

Vigneron d'Alsace(s) le nouveau magazine édité par les vignerons indépendants d'Alsace... Cette rubrique reprend les derniers dossiers abordés dans Vigneron d'Alsace(s), vous y trouverez également la liste des vignerons indépendants cités dans le magazine.

Davantage de précisions sur les Muscat : les types de vins, les cépages, quelques chiffres et l'avis d'un sommelier...muscat_copie.jpg

Pour en savoir plus
Ne pas confondre Muscat à l’alsacienne et Muscat typé « méridional ». Le vin élaboré en Alsace est généralement sans sucre résiduel. Les vignerons alsaciens travaillent deux variétés de Muscat, l’un est dit « d’Alsace », l’autre « ottonel » introduit en 1852. Ce dernier s’apparente au chasselas, est apprécié pour sa précocité qui le protège, dit-on, des accidents climatiques de l’automne. Le Muscat d’Alsace est plus ancien, puisqu’on en retrouve trace en 1510 à Wolxheim. Avec ses petits grains, il est apprécié pour la finesse de ses arômes. Les deux variétés sont très souvent mêlées pour donner au Muscat tout son fruité, ses caractères croquants et frais, aux arômes de rose, de violette, mentholés, etc.

L'avis du sommelier
Jean-Marie Dirwimmer
Maître d’hôtel et sommelier au Rendez-Vous de chasse (Colmar, 1 macaron Michelin)

Les Muscat du Grand Cru Hatschbourg sont traditionnellement de merveilleux compagnons pour l’apéritif ou sur une entrée d’asperges », souligne le sommelier. « Il est essentiel que tout le potentiel du vin s’exprime dès le premier verre, et c’est le cas avec ces vins. Les Muscat sont très aromatiques et floraux sur ce terroir», décrit-il. Avec le millésime 2003, on entre dans une autre logique, celle « d’un vin au nez de fruits bien mûrs, pêche blanche notamment, d’une bouche très ample et riche aux arômes de pêche et de bourgeon de cassis. Un vin plein de charme et de séduction », commente Jean-Marie Dirwimmer, qui trouve néanmoins que le millésime lui a imprimé une marque si forte qu’on le réservera à l’apéritif.

Le coin des économistes
Sur les quelques 15 500 hectares du vignoble, on ne trouve que 2% de Muscat et 1% de chasselas. Ce sont des surfaces en diminution constante au cours des trente dernières années. Le minimum est probablement atteint. L’encépagement alsacien a connu de profondes mutations dans cette période : Chasselas et Sylvaner représentaient plus d’un tiers de l’encépagement à la fin des années soixante. Ce n’est plus qu’un dixième, actuellement. En revanche, Riesling, Pinot Gris, Blanc et Noir ont gagné du terrain, d’autant que dans la même période, le vignoble a progressé en surface.

News
Extraits de notre magazine "Vigneron d'Alsace(s)"

Les crémants d'Alsace
la suite

Dossier Millésimes
la suite
Vignerons indépendants
de France


Site partenaire

Création du site Internet : SOLUXA

Haut de page
Facebook Widget