Acces Membres
E-mail :
Mot de passe :

Chapelles et calvaires dans les vignes.

 02_02_CAVE_H_RING_015Redim.jpg
Entrez dans l'intimité des caves, découvrez le quotidien du vigneron, comment il travaille sa vigne et produit son vin. N'hésitez plus ensuite à lui rendre visite.

Ballades estivales.

Pour les deux tiers des visiteurs de l’Alsace, la présence d’un vignoble a joué dans la décision de se rendre dans notre région. Dans l’esprit des touristes, une région viticole est faite de collines agréables et de bourgs aux monuments séduisants. Furstentum.jpg

Mais si les villages fortifiés, ruelles serpentant entre les maisons à colombages, vieilles églises et autres châteaux forts dominant le village sont très connus, d’autres éléments de ce patrimoine restent méconnus. Par exemple, des chapelles dans les vignes. Ballades estivales.

Le Steinklotz et le Rangen ont deux points commun : ces deux grands crus sont situés aux extrémités de la partie connexe de la route des Vins. D’autre part, tous deux abritent sur leurs pentes une chapelle. L’une est dédiée à Saint Urbain et donne son nom à l’une des plus fameuses parcelles du Rangen. L’autre achève un chemin de Croix qui peut figurer une ballade vivifiante à ceux qui veulent profiter des belles vues offertes depuis le grand cru de Marlenheim.

Pas étonnant de rencontrer des lieux consacrés par les Chrétiens en plein cœur des vignobles. On trouve même une foule de références religieuses dans le vignoble : chapelles et calvaires s’y rencontrent par dizaines. Saint-Urbain, Saint-Theobald, Sainte-Hune, Saint-Imer, Sainte-Odile, les Chartreux, etc. : le nom de bien des clos les plus réputés d’Alsace sont étroitement liés au christianisme. Normal, pour une religion qui appuie des dimensions essentielles de sa symbolique et de sa doctrine sur le vin devenant le sang du Christ dans l’eucharistie.

Un peu de curiosité…
Certaines de ces chapelles, à l’écart des villages, sont particulièrement célèbres, comme Saint-Sébastien, en contre-haut de Dambach-la-Ville. D’autres se nichent au creux des vignes, comme la chapelle Tannel Kreuz, située au pied de l’Ortenberg et du coteau Rittesberg. C’est également le cas de Saint-Michel, en bas du Kefferberg d’Ergersheim. Parfois, ces petits édifices sont les seuls vestiges d’anciens villages, détruits lors d’épidémies de peste ou plus souvent au cours de la Guerre de Trente ans par les Suédois. Ainsi, la chapelle Saint-Michel perpétue le souvenir de Rimmlenheim.

Il faut ainsi faire preuve d’un peu de curiosité pour rencontrer ces témoins d’histoires anciennes où se mêlent des princes abbés puissants comme des Seigneurs de guerre, des moines séduits par quelque site bucolique ou marqué par des énergies telluriques. Ainsi, on peut trouver les traces d’anciens monastères dans des sites viticoles. Comme par exemple à Saint-Léonard, hameau situé entre Bœrsch et Ottrott. Les moines qui rendaient allégeance à l’évêque de Strasbourg produisaient des vins rouges dans des temps fort anciens. Seuls les historiens se souviennent en revanche que le Bruderbach, situé à l’écart de Westhoffen, fut autrefois un prieuré. Reste le nom du coteau dominant le site et la dénomination des vins qui en proviennent. D’autres sites, comme Notre Dame du Schauenberg, au-dessus de Gueberschwihr, ou Maria Altbronn, entre Ergersheim et Wolxheim, sont encore aujourd’hui des pèlerinages fréquentés par des fidèles.

Des racines très anciennes
Se laisser guider par ces témoignages des temps où le christianisme régissait les existences permet de saisir une part de l’esprit vigneron. Dans le monde d’aujourd’hui où l’idée de Dieu s’est diluée jusqu’à disparaître, le monde de la vigne affiche ses racines même si les vignerons portent en eux leur liberté de conscience. Chapelles, calvaires et monastères témoignent du temps où le vignoble alsacien a été considérablement développé par les religieux, qui en faisaient une source de revenus ainsi qu’une occasion de dégustations que les chroniques de l’époque relatent avec précision. C’est d’ailleurs ainsi que certains grands crus d’aujourd’hui, comme le Bruderthal de Molsheim, qui doit son nom à une communauté religieuse, peuvent puiser leur énergie d’aujourd’hui dans des racines très anciennes.

Les vignerons sont des acteurs très contemporains de traditions fort anciennes. Se plonger, au fil de promenades estivales, à la recherche des chapelles et des calvaires des vignes est une excellente occasion pour s’imprégner des particularismes de ce métier.

News
Extraits de notre magazine "Vigneron d'Alsace(s)"

Les crémants d'Alsace
la suite

Dossier Millésimes
la suite
Vignerons indépendants
de France


Site partenaire

Création du site Internet : SOLUXA

Haut de page
Facebook Widget