Acces Membres
E-mail :
Mot de passe :

Comment vivre en bio ou la vraie nature de la terre.

 02_02_CAVE_H_RING_015Redim.jpg
Entrez dans l'intimité des caves, découvrez le quotidien du vigneron, comment il travaille sa vigne et produit son vin. N'hésitez plus ensuite à lui rendre visite.

2007_06_07humbrecht_bio_copie.jpgIls suivent l’influence de la lune et des planètes, dynamisent leurs sols grâce à des préparats aux allures d’alchimie, avec des pulvérisations de tisanes d’orties et de prêle. Leur calendrier des semis porte le nom de Maria Thun et leur bible date de juin 1924, en référence à un cours donné aux agriculteurs, peu de temps avant sa mort, par Rudolf Steiner. Depuis qu’ils ou elles, à la tête de leurs exploitations agricoles, se sont convertis à la bio-dynamie, ils se sont mis, selon l’expression de Pierre-Paul Humbrecht, en « quête de leurs origines à la terre ».


Pour ce viticulteur de Pfaffenheim, ce long chemin — « où je n’en suis encore qu’au début » — a commencé au printemps 2001. « J’avais soif de ça », dit-il avec le recul. Sa femme Annie, ancienne infirmière, a suivi, et depuis deux ans c’est Marc, 24 ans, un de leurs quatre enfants, qui s’est joint à leur aventure, sur un domaine familial de six hectares à Pfaffenheim, Gueberschwihr et Westhalten, où les Humbrecht, après avoir supprimé tout ce qui est produit de synthèse, ont « appris à observer les plants de vigne, le bois, le feuillage comme on observe un nouveau-né pour son bien-être ».
« L’enseignement de Rudolf Steiner ? Une science de l’esprit. La bio-dynamie ? L’essence de la vie, une démarche qui va plus loin que simplement le bio », dit le chef d’exploitation, en mettant l’accent sur quelques « vérités » fortes qui nous rendent « tributaires des énergies ». Comme les jours de chaleur agissent sur le fruit, les jours d’eau sur les feuilles, ceux de lumière sur la fleur, alors que l’élément terre agit sur la racine.
À Pfaffenheim, deux autres viticulteurs, Jean-Pierre Frick et Jean-François Ginglinger, sont adeptes de cette agriculture « qui nourrit le corps, l’âme et l’esprit, tout en vivifiant la terre ». Annie sourit : « On est les champions de la bio-dynamie ! ». L’Alsace en général est de longue date réceptive à ces idées, même si elles restent minoritaires, et pionnière de pratiques qui utilisent les principes énergétiques pour donner son équilibre à la plante mais aussi à l’homme qui agit sur elle. Tous ne vont pas aussi loin. Mais depuis l’époque des pionniers comme les fermes Sirlin à Heimsbrunn et Jund à Engwiller dans les années 1960, l’agriculture bio a tracé son sillon en Alsace (voir ci-dessous). Le décalage entre les discours officiels et, de facto, le recul des aides risque désormais de la faire stagner.

Lucien Naegelen  L'Alsace du 07 juin 2007


 

News
Extraits de notre magazine "Vigneron d'Alsace(s)"

Les crémants d'Alsace
la suite

Dossier Millésimes
la suite
Vignerons indépendants
de France


Site partenaire

Création du site Internet : SOLUXA

Haut de page
Facebook Widget