Acces Membres
E-mail :
Mot de passe :

Confusion sexuelle : l’exemple naturel.

 02_02_CAVE_H_RING_015Redim.jpg
Entrez dans l'intimité des caves, découvrez le quotidien du vigneron, comment il travaille sa vigne et produit son vin. N'hésitez plus ensuite à lui rendre visite.

«Les vignerons sont plus nombreux qu’on ne le croit à pratiquer la lutte raisonnée. Certains sont comme M.Jourdain, ils ignorent même qu’ils en font!».Confusion_sexuelle.jpg

Les jeunes vignerons sont parmi les adeptes de la confusion sexuelle comme moyen de lutte contre le vers de la grappe. Ce système nécessite un regroupement entre propriétaire afin que les surfaces traitées soient significatives. Cette année, l’accroissement est spectaculaire, puisque 920 ha sont concernés contre 170 l’an passé. En tête de file, la région de Balbronn qui a placé plus de 500 ha sous le contrôle des diffuseurs d’hormones qui sèment la confusion entre mâles et femelles, diminuant de manière considérable le nombre d’œufs pondus dans les vignes. Cette méthode a fait ses preuves. Les diffuseurs (500 à l’ha) placés en avril sont efficaces jusqu’en septembre, même s'il reste des possibilités de fécondations aux pourtours des terres traitées lors de la première année. Si 10 % des grappes sont attaquées, on réagit avec un traitement. Au fur et à mesure des années, la population se réduit de plus en plus. Il reste deux zones parmi celles que nous avons traitées encore rétives au traitement protégées par des murs ou des haies et où le micro-climat favorise le développement des papillons. Les vignerons apprécient de ne plus avoir à se préoccuper de leur traitements et d'avoir davantage de souplesse pour intervenir sur d'autres maladies telles que le mildiou ou l’oïdium, alors qu'auparavant les traitements chimiques étaient tous concentrés au même moment et étaient répétées plusieurs fois.

La réussite de cette pratique est à mettre à l’actif de l’association Typhlo, présidée par Jean-Jacques Muller, de Traenheim. Son origine se trouve dans le CETA viticole; plutôt que d’interdire – sauf des cas particuliers, comme le désherbage systématique – Typhlo mise sur la connaissance des vignes et des sols pour déterminer des pratiques respectueuses de l’environnement. En effet, les effets des traitement aux produits chimiques sont à double détente : ils engendrent des pollutions des sols et détruisent les défenses naturelles de la plante. « Utiliser les ressources offertes par la nature, c'est par exemple traiter les vignes grâce à la lutte par confusion sexuelle », commente le vigneron.

News
Extraits de notre magazine "Vigneron d'Alsace(s)"

Les crémants d'Alsace
la suite

Dossier Millésimes
la suite
Vignerons indépendants
de France


Site partenaire

Création du site Internet : SOLUXA

Haut de page
Facebook Widget