Acces Membres
E-mail :
Mot de passe :

Steinklotz - L'avis du Connaisseur

Daniel Krier, maître d'hôtel-sommelier au "Cerf", restaurant gastronomique au pied du Steinklotz, voit dans les vins de ce terroir la juste récompense du travail accompli depuis plusieurs années par les vignerons de Marlenheim. Pendant longtemps, les vins du Steinklotz ont pâti de certains préjugés à l'égard du vignoble du Bas-Rhin. Les gens regardaient la viticulture autour de Strasbourg avec un certain dédain, comme si seul le Haut-Rhin pouvait faire des bons vins. Les choses ont changé depuis une dizaine d'années. La nouvelle génération de vignerons bas-rhinois a su démontrer qu'elle pouvait élaborer des vins de grande qualité. Aujourd'hui, seul ceux qui ignorent cette réalité peuvent encore opposer un département à l'autre. A mon avis le niveau de qualité est semblable du nord au sud.

A Marlenheim, les vignerons n'hésitent pas à sacrifier la quantité pour améliorer la qualité par tous les moyens possibles, comme les vendanges vertes par exemple. Au cours de la dernière décennie, les rendements ont rarement dépassé les 60 hl à l'hectare dans le Steinklotz, ils se situaient plutôt autour de 40 hl. Cette démarche puis les soins apportés à la cave ont considérablement élevé le niveau de qualité.

Dans le Steinklotz, nous avons de vins typés, concentrés, qui expriment les arômes frais du cépage et acquièrent une belle minéralité en vieillissant, propre au calcaire natal. Ils ont du corps mais ils ne sont jamais lourds, ce qui correspond aux goûts actuels de la clientèle. En gastronomie, ils accompagnent le repas sans le surcharger. Ils se marient parfaitement avec la cuisine du terroir.

Les rieslings du Steinklotz, secs, racés, frais et gouleyants vont très bien avec une truite de la Hardt, par exemple, avec une choucroute au cochon de lait ou encore avec un presskopf de porc. Les tokays pinots gris, souples, ronds aux arômes complexes, plaisants au palais s'adaptent avec les viandes blanches aussi bien qu'avec un vol-au-vent à l'alsacienne au ris de veau et des quenelles de volaille. Le gewurztraminer, très agréable à l'apéritif, donne aussi des vendanges tardives et de sélection de grains nobles qui sont délicieux avec du foie gras ou du munster fermier chaud.

Et puis il y a le rouge, fameux dans le Steinklotz, très beau, charnu, aux arômes de cerise, de griottes, compagnon idéal du gibier de la région, par exemple du chevreuil frais. Ce rouge de Marlenheim qui étonne les Parisiens quand ils le dégustent par sa ressemblance avec le bourgogne, avec lequel il déjà la parenté du cépage : le pinot noir.

Vous pouvez également lire la description de ce terroir

News
Extraits de notre magazine "Vigneron d'Alsace(s)"

Les crémants d'Alsace
la suite

Dossier Millésimes
la suite
Vignerons indépendants
de France


Site partenaire

Création du site Internet : SOLUXA

Haut de page
Facebook Widget